L'ombre à la lumière

Sous tes ailes, ma colombe
Je me suis enfouie,
Envoûtée de ton parfum suave,
De ta caresse duveteuse,
Là sous tes ailes, je me suis creusé une tombe
Où reposent enfin toutes mes « Moi » larmoyantes
Dans le creux de ton cou, bel ange
Je me suis enfouie et cachée
Moi, une éternelle silhouette effacée,
Une ombre frêle, floue et apeurée,
D’un toucher, tu m’as dessinée,
Tu as définie mes traits à chaque baiser
Et mes formes, à chaque caresse pressante.
En une nuit tourmentée, ni chaude, ni froide,
Ni sombre, ni éclairée, tu m’as ranimée.
Mais qu’est-ce qu’une ombre sans une lumière à l’enlacer ?
Et qu’est ce qu’a l’ombre à lui donner ?


Share this:

    Blogger Comment
    Facebook Comment

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire